Actualités Nouvelle sous regionale

UNION SACRÉE POUR LA STABILISATION DU BASSIN DU LAC TCHAD

La première conférence sur la stabilisation du bassin du lac Tchad a ouvert ses portes le jeudi, le 1 novembre 2017,  à N’Djamena au Tchad. Elle se tient du 2 au 4 Novembre  pour l’élaboration d’un cadre pour une stratégie régionale de stabilisation du bassin du lac Tchad affecté par le phénomène Boko Haram.

Pendant quatre jours, plus d’une centaine de participants venus des pays membres de la CBLT, la communauté du Bassin du Lac Tchad, des bailleurs et des experts vont à travers plusieurs forums, tenter d’élaborer un cadre pour une stratégie régionale de stabilisation du bassin du lac Tchad.  Il s’agit, entre autres, de comprendre  de comprendre l’ampleur, l’étendu des défis à relever pour la stabilisation de La région, comprendre le rôle du genre dans la prévention de l’extrémisme violent  et la lutte contre le terrorisme. Les participants devront aussi cogiter sur les questions relatives au désarmement, à la démobilisation et la réinsertion des combattants Boko Haram. Les questions relatives à la réinstallation des déplacés internes et des refugies, le renforcement des capacités locales ne seront pas du reste. Le tout devant déboucher sur l’élaboration du cadre pour une stratégie de stabilisation régionale pour les zones touchées par Boko Haram.

L’union sacrée

L’ouverture des travaux de la première conférence sur la stabilisation du bassin du lac Tchad a scellé comme un pacte de l’union sacrée pour la consolidation du bassin du lac Tchad. Les discours des uns et des autres ont laissé planer cet esprit dans un tableau de cette convergence exigée par la situation générée par les actions de Boko Haram dans la région. Une situation qui, selon le secrétaire exécutif de la commission du bassin du lac Tchad, est de désastre : villes et villages complètement détruits, populations déplacées ou refugiées, jeunes filles et garçons obliges de faire la guerre, et mariages forces des filles. Pour  Sanusi Imran, cela nécessite un effort soutenu et urgent pour la stabilisation et le retour des populations.

Pour la coordinatrice résidente et humanitaire des Nations Unies ad intérim, la clé de la stabilisation de la région passe par le développement. Selon Mary Hellen McGroarty, le faible développement et l’absence d’opportunité économique ayant aliment le conflit et la crise actuelle, des investissements dans le développement local, l’éducation et la création des emplois vont contribuer à un redressement et une stabilité à long terme. Elle débouche sur un besoin réel d’une approche intégrée pour la stabilisation.

Pour le commissaire à la paix et sécurité de l’union africaine, les conditions propices d’une stabilisation nationale et régionale sont actuellement réunies grâce à l’effort militaire fournis par les pays membres de la CBLT, à travers la FMM, force multinationale mixte, et les accords bilatéraux. L’ambassadeur Smail Chergui, estime que la nouvelle phase qui s’ouvre, le projet d’une stabilisation dans les zones affectées par les activités de Boko Haram doit se matérialiser par d’autres instruments d’action et de solidarité nationaux, régionaux et internationaux avec une réappropriation des communautés et des Etats. Comme pour cloclure, le commissaire à la paix et sécurité de l’union africaine ajoute en disant que le projet doit prendre en compte les questions essentielles liées au désarmement, a la démobilisation, a la réinsertion des désengagés de Boko Haram, la réinstallation des déplacés et réfugiés, …et la réconciliation.

Le commissaire à la paix et la sécurité de l’union africaine n’est pas le seul a parlé de la réconciliation. Le secrétaire exécutif de la commission du bassin du lac Tchad, fort du mandat a lui attribue par les chefs d’Etat a lancé un appel au désengagement des combattants Boko Haram avec des garanties de sécurité.

Il faudra une réappropriation  de ce processus  par les communautés locales et aussi par les désengagés Boko Haram.

Les travaux de la première conférence sur la stabilisation du bassin du lac Tchad se terminent dans l’après-midi du samedi 4 novembre 2017. Cette conférence sera suivie de deux autres.

La rédaction de Dandal Kura Radio International